Club Rotary Saint-Malo Jacques Cartier > Les Mots > Non pas Présider, mais Servir

Non pas Présider, mais Servir

" Non pas Présider, mais Servir ! " - Saint Augustin

Quand Augustin d’Hippone formula cette phrase, il ne s’adressait pas à une femme ou à un homme appartenant à un club rotarien, il parlait de sa fonction d’Evêque et de l’humilité qu’il voulait mettre dans son exercice. Cependant, cette maxime pourrait parfaitement s’appliquer à notre mouvement et aux responsabilités que prennent les membres dans les clubs.

 

Conduire pendant un an un club composé de femmes et d’hommes responsables dans leur entreprise ou dans leur cité n’est pas toujours chose aisée. Motiver sans exiger, organiser sans régenter, animer sans lasser, convaincre sans endoctriner, les difficultés peuvent être nombreuses et demandent du discernement et de l’abnégation. C’est ce à quoi Augustin faisait allusion dans son propos.

 

Notre devise, « Servir d’abord », me semble aller dans le même sens, bien qu’elle s’applique à tous les membres et pas seulement aux dirigeants des clubs. Etre titulaire d’un poste de responsable au sein du Rotary est à la fois un honneur et une charge, du plus haut de la pyramide au plus bas de l’échelle. Le dirigeant ne doit pas oublier le but au profit de sa place dans l’appareil, nous laissons après nous le souvenir de ce que nous avons fait plus que celui de qui nous étions.

 

Faire preuve de clairvoyance et de détermination, tout en déléguant en écoutant, en dialoguant, c’est ce à quoi les futurs responsables de clubs doivent se préparer, chacun selon ses possibilités et ses talents.

 

Notre mouvement dont les fondateurs ont su allier amitié et altruisme, doit aujourd’hui s’adapter à un monde qui change, plus encore à un style de vie proposé par les médias qui s’éloigne peu à peu de nos idéaux. Nos dirigeants à tous les niveaux, doivent relever un défi d’importance, celui de développer le Rotary et de lui donner les moyens d’agir, alors que la maladie, la misère, l’illettrisme sont toujours d’une actualité brûlante et nous rendent par conséquent redevables, toutes et tous.

 

Patrick Guyard

Août 2015