Club Rotary Saint-Malo Jacques Cartier > Les Mots > La Quatrième Question

La Quatrième Question

Est-ce susceptible de stimuler la bonne volonté réciproque et de créer des relations amicales ?

Bonne volonté réciproque et relations amicales, deux expressions qui vont de pair et pourtant qui demandent quelques développements, se proposent à nous dans cette troisième question du fameux critère.

 

Si la bonne volonté réciproque s’installe entre deux parties, les relations d’amitié suivent et inversement des amis témoignent généralement entre eux de bonne volonté lors de leurs échanges et discussions. Mais nous avons dans ce constat oublié un mot important qui est celui de stimuler !

 

Beaucoup de nos semblables sont des gens de bonne volonté, ce qui ne suffit pas toujours  à recueillir leur engagement ou leur participation à une action bienveillante. Notre comportement, dans cette troisième question du critère Rotarien, doit nous amener, il  me semble, à créer cet élan qui engage nos interlocuteurs à œuvrer, à créer, à montrer leur bonne volonté. C’est ainsi que lors d’une conversation avec des non Rotariens, nous devons tenter de générer chez nos interlocuteurs, l’envie de s’investir et de partager l’idée du service, d’aller plus loin pour exacerber leur bonne volonté, que la pudeur ou la discrétion ont mise en sommeil.

 

Stimuler, c’est convaincre, donner envie, montrer que c’est possible et surtout utile aux autres et à la société. Le Monde change et les attitudes vont de même, menant quelques fois les Hommes, à se renfermer, voir même à s’isoler. La misère, les difficultés, le manque de formation, de discernement,  et de motivation parfois, ne sont pas virtuels et notre influence, donc celle du Rotary ne l’est pas non plus si nous stimulons la bonne volonté de ceux qui nous entourent.

 

Cette bonne volonté qui nous anime, nous la devons à ceux d’entre nous qui n’en ont plus, usés par les difficultés et l’ignorance des autres, eux aussi ont besoin d’amitié.

 

S’agissant des relations amicales, elles découlent souvent de l’action entreprise en commun. Chacun connait le bonheur et la joie que nous ressentons, toutes et tous, quand au terme d’une action entreprise par le club, nous avons pu atteindre notre objectif en aidant à la résolution d’un problème.

 

Faites simplement une voiture pour assister à une conférence de district un samedi, invitez une ou un Rotarien de passage dans votre ville, et vous verrez grandir cette amitié qui nous unit et que nous ne savons pas toujours libérer, la encore par pudeur ou réserve.

 

« Ils ne savaient pas que c’est impossible, alors, ils l’ont fait. »  Mark Twain

Pour mettre en pratique le critère, apprenez par cœur les quatre questions, et vous vous mettrez à penser, parler, agir, en accord avec ce dernier.

 

Patrick GUYARD

Décembre 2014